La ville durable Pour un mode de vie écologique

Architecture et société durable

architecture durable

La finitude de notre planète et l’impact des activités humaines sur ses équilibres écologiques constituent le grand enjeu du 21e siècle. Tous les professionnels impliqués dans la conception et la construction de bâtiments en saisissent l’importance et l’urgence.

Dans ce contexte, les certifications environnementales qui se sont développées au cours des 15 dernières années ont eu pour utilité d’imposer la notion de « qualité environnementale ». Soit une nouvelle qualité à donner au projet d’architecture qui, si elle reprend des thématiques déjà existantes, autonomise cette question et en fait un élément prépondérant du projet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Néanmoins un constat s’impose aujourd’hui : la tendance générale à la normalisation pousse les architectes et les ingénieurs à la formalisation plus qu’à l’inventivité. Cahiers des charges, certifications, pièces justificatives… la démonstration semble prendre le pas sur la conception, la forme sur le fond. Les bâtiments sont de plus en plus complexes, équipés de technologies fragiles et vite obsolètes. La véracité et la pérennité des performances annoncées sont souvent douteuses. En particulier, les objectifs énergétiques font l’objet d’une surenchère passionnée à grand renforts de plans climats, de kWh/m² et de labels, avec des justifications par le calcul qui n’ont souvent pas grand-chose à voir avec le fonctionnement réel des bâtiments.

    Devant l’urgence climatique, la raréfaction des ressources énergétiques et la paupérisation croissante d’une part significative de la population française, est-ce la seule voie à explorer ? Il nous semblerait pertinent qu’une réflexion plus large soit menée. Un véritable questionnement des pratiques actuelles est urgent : questionnement que les architectes et urbanistes (que l’on entend insuffisamment sur la question environnementale ou alors de manière peu constructive) devraient animer et mener… mais pas seuls ! S’il faut transformer nos modes de construire pour réinventer nos modes de vie, nous avons besoin de sociologues, de philosophes, d’historiens, d’artistes… et aussi d’investisseurs, de maîtres d’ouvrage, de constructeurs…

 

 

|Contact |Reproduction interdite : villedurable.com